Digitalisation, collaboratif… par quoi faut-il commencer ?

/

gaetan-de-sainte-marie-qantis

Écrit par : Gaëtan de Sainte Marie
Président fondateur de QANTIS

Partager cette fiche :

Dans un monde économique hyperchangeant, la question de savoir s’il faut changer pour s’adapter ne se pose plus : oui, l’entreprise doit se transformer, et elle devra toujours se transformer dans l’avenir, que ce soit au niveau de son organisation comme à celui des outils qui la servent. Mais alors se pose une question basique et déterminante : par quoi faut-il commencer ? S’équiper numériquement pour adopter ensuite une organisation collaborative ? Ou, à l’inverse, revoir son organisation pour y adapter l’outil digital ?

Le collaboratif, un mode organisationnel à part entière

Le phénomène collaboratif s’est développé il y a déjà quelques décennies, avec les coopératives agricoles, viticoles, laitières… Rendu possible grâce aux liens de proximité géographique, le collaboratif peut désormais exister à d’autres échelles, grâce à internet et aux outils digitaux.

À l’échelle de l’entreprise, le collaboratif libère les forces vives de chaque employé et les met au service de tous, en créant une nouvelle forme d’intelligence : l’intelligence collective. Cette dernière est bien plus que la somme des intelligences individuelles, parce qu’elle intègre un fait essentiel pour le projet d’entreprise : la volonté de tous aller dans le même sens.

À cet égard, une organisation interne fondée sur un modèle collaboratif devient un vecteur de performance économique à part entière, plus puissant que le modèle traditionnel dont les nombreuses crises qui se succèdent depuis quelques dizaines d’années nous disent qu’il est à bout de souffle.

Le numérique, un outil au service de l’organisation

Les outils numériques sont depuis longtemps intégrés à l’entreprise, mais pour autant ils ne font pas d’elle une entreprise numérique. Une entreprise ne peut se targuer d’être devenue digitale que si le numérique irrigue tous ses services, et devient lui-même créateur de valeur en simplifiant tous les process, en fluidifiant les relations entre les différentes parties prenantes de l’entreprise, en rendant accessible immédiatement tous les panels de solutions dont elle a besoin.

Ainsi, en matière de formation par exemple, des modules de réalité virtuelle permettent aujourd’hui aux stagiaires d’évoluer dans des univers techniques complexes en toute sécurité. C’est une transformation profonde des techniques de formation qui suppose la mise en commun de nombreuses compétences. D’où la nécessité d’une organisation habituée à partager compétences et connaissances avant de s’équiper en outils technologiques.

S’organiser d’abord, s’équiper ensuite

Avant de se lancer dans une transformation digitale, il convient donc de se lancer dans une transformation en interne, et de mettre son entreprise en mode collaboratif, c’est-à-dire d’y instiller de la confiance, du partage, de l’échange. En effet, l’arrivée des outils digitaux viendra sous-tendre et renforcer cette organisation collaborative.

Procéder autrement, c’est prendre le risque d’un échec coûteux. L’expérience montre en effet que l’utilisation de l’outil digital suppose d’avoir l’habitude de travailler ensemble, de partager des compétences et de mutualiser des moyens. Sans ce fonctionnement collectif, le risque est tout simplement celui de voir les outils numériques sous-utilisés ou, pire, pas du tout utilisés…

C’est d’ailleurs d’une logique imparable : la digitalisation suppose un changement en profondeur des méthodes et des process, ce qui, tous les dirigeants d’entreprise le savent, ne va jamais de soi.

Dès lors, quel meilleur apprentissage du changement que l’adoption d’une nouvelle organisation, à la suite de laquelle toute nouveauté ne pourra être accueillie qu’avec un regard positif ? La bonne solution, c’est donc : le collaboratif en 1, le digital en 2 !