La RSE, nouveau défi pour les PME !

/

Adopte le digital Lalee Pinoncely

Tribune de Lalée PINONCELY

13 décembre 2020

Partager cette fiche :

Avec « Adopte le digital », les entreprises ont désormais accès à un niveau de ressources qui leur permet de lancer leur transformation numérique, et ainsi de maintenir – voire d’accroître – leur performance économique dans un univers éminemment complexe et changeant. Nous ajoutons cet arrêt RSE car transformation numérique et Transition numérique sont indissociables.

 

  • La RSE, c’est quoi ?

Les entreprises sont également attendues sur le plan de leur impact sur leur territoire et sur le monde, que ce soit en matière sociale comme dans le domaine de l’environnement. C’est tout le sens de la Responsabilité sociétale des entreprise (RSE), récemment consacrée par la loi PACTE avec la création d’un statut d’« entreprise à mission », l’intégration des enjeux sociaux et environnementaux dans l’objet social de l’entreprise, et la possibilité offerte à ces dernières de se doter d’une « raison d’être ».

  • Une prise de conscience nouvelle et sincère

Les grandes crises, depuis le réchauffement climatique jusqu’à la crise sanitaire du COVID_19, montrent assez brutalement – mais de manière éclatante – que l’activité humaine imprime une empreinte sur l’environnement de plus en plus prégnante. Elles s’accompagnent d’un cortège de dégâts collatéraux : déséquilibres climatiques, incertitudes économiques, périls de santé, instabilité politique : « Il est important de rappeler que le Covid-19 est une zoonose, une maladie issue du monde animal. Sa propagation a été rendue possible par nos modes de vie. L’extension de l’habitat humain, la déforestation, l’artificialisation des sols, provoquent de plus en plus d’interactions entre l’espèce humaine et le monde sauvage » Laurence Tubiana, économiste, directrice de la Fondation européenne pour le climat.

 Les gouvernements les plus clairvoyants prennent aujourd’hui la mesure du danger, et réfléchissent d’ores et déjà à ce que pourrait être l’avenir proche : une plus grande prise en compte des responsabilités de tous – et notamment des entreprises en tant que cellule vitale du tissus économique – vis-à-vis des préoccupations sociales et environnementales, et une contribution réelle et pérenne aux enjeux du développement durable. De fait, plus de la moitié des grandes entreprises françaises déclarent s’impliquer dans la RSE, en initiant des pratiques différenciées : mises en œuvre de politiques d’achat durable, prise en compte des impératifs de biodiversité, recyclage des déchets, etc.

  • La RSE dans mon entreprise : comment faire ?

Mais dans ce concert de remises en question et d’interrogations quant au choix d’un modèle de performance, celles qui, faute de ressources et de moyens, auront le plus de mal à trouver des réponses pertinentes, sont bien sûr les PME . Ces dernières, par leurs dimensions, présentent en effet une empreinte socio-environnementale plus importantes que les PME, mais n’atteignent toutefois pas encore la masse critique qui leur permettrait de dégager des ressources financières et humaines suffisantes. Assumer sa responsabilité sociétale suppose en effet de profondes remises en question, des réorganisations à grande échelle, et la définition de stratégies entièrement nouvelles.

  • Des ressources et des accompagnements dédiés aux PME

Cet arrêt de bus virtuel, se propose de devenir le centre de ressources et d’accompagnements dédiés aux problématiques sociales, environnementales et de gouvernance que soulève la RSE, et qui sont propres aux PME. Leurs dirigeants y trouveront des fiches pratiques, des expertises, des solutions simples et de bon sens, et bon nombre de documents et d’informations dédiés qui leur permettront de mieux appréhender ces enjeux forts. Elles auront en outre, tout comme pour le digital, accès à des « adoptés » : des experts et des prestataires qui proposeront leur expérience, leurs compétences et leurs connaissances aux entreprises souhaitant mettre en place une stratégie RSE.  

L’objectif est d’aider les dirigeants à traduire en actes concrets les grands principes du développement durable et de la performance globale, et de leur faire connaître les meilleures pratiques en matière de responsabilité sociétale. N’en doutons plus : demain, la performance d’une entreprise se mesurera à l’aune d’une réussite économique au service de l’humain et de son environnement plus qu’à sa simple performance financière.